Ukraine : Un nouveau rapport d’ONU souligne l’impact de la guerre sur les femmes

Ukraine : Un nouveau rapport d’ONU Femmes et de CARE souligne l’impact disproportionné de la guerre sur les femmes et les minorités.

Après plus de deux mois de guerre en Ukraine, qui a contraint des millions de réfugiés et de personnes déplacées à fuir leur foyer, une nouvelle analyse rapide de genre réalisée par ONU Femmes et CARE révèle que les femmes et les minorités sont confrontées à d’immenses difficultés en matière de santé, de sécurité et d’accès à la nourriture en raison de la crise. En Ukraine, les femmes deviennent de plus en plus chefs de famille et leaders dans leurs communautés alors que les hommes sont enrôlés, mais elles restent largement exclues des processus de prise de décision officiels liés aux efforts humanitaires, au rétablissement de la paix et à d’autres domaines qui ont un impact direct sur leurs vies.

L’analyse, basée sur des enquêtes et des entretiens avec des personnes dans 19 régions d’Ukraine entre le 2 et le 6 avril 2022, met en lumière la dynamique de genre de la crise et recommande aux gouvernements, à la communauté internationale et aux autres acteurs des actions à mettre en œuvre dans leur réponse humanitaire.

« Lorsqu’il s’agit des besoins humanitaires des personnes déplacées, des habitants et des ménages, ce sont les femmes qui font le plus gros du travail : elles conduisent, fournissent aux hôpitaux et aux habitants des médicaments et de la nourriture, elles s’occupent de leurs proches et de leurs enfants handicapés », a déclaré une femme qui a participé à l’enquête.

Le rapport révèle que l’impact de la guerre est particulièrement disproportionné pour les personnes déplacées à l’intérieur du pays et les groupes marginalisés tels que les ménages dirigés par des femmes, les Roms, les personnes LGBTQIA+ et les personnes handicapées. De nombreux répondants issus des communautés roms ont témoigné de graves discriminations, tant dans leur lutte quotidienne que dans l’accès à l’aide humanitaire.

L’analyse révèle également que les rôles des hommes et des femmes évoluent en Ukraine. Alors que de nombreux hommes sont devenus chômeurs et s’engagent principalement dans les forces armées, les femmes déclarent assumer de nouveaux rôles et occuper plusieurs emplois pour compenser la perte du revenu familial. Les femmes jouent également un rôle essentiel dans la réponse humanitaire au sein des communautés locales. Cependant, bien qu’elles assument des rôles de plus en plus importants au sein de leur famille et de leur communauté, elles sont largement exclues des processus décisionnels politiques et administratifs officiels.

Avec la fermeture des écoles, la forte demande de travail bénévole et l’absence des hommes, la charge de soins non rémunérés des femmes a considérablement augmenté. Le recul de l’égalité des sexes est déjà évident dans la crise actuelle. La guerre accroît le chômage de l’ensemble de la population et va probablement pousser les femmes dans les secteurs informels non protégés de l’économie et accroître la pauvreté.

Les femmes et les filles ont également souligné le faible accès aux services de soins de santé, en particulier pour les survivantes de la violence sexiste (VSS) et les femmes enceintes, les femmes enceintes et les nouvelles mères, ainsi que la crainte croissante de la VSS et du manque de nourriture, en particulier pour les personnes vivant dans des zones de conflit intense. De nombreuses personnes interrogées ont également parlé des défis et des obstacles auxquels elles sont confrontées pour accéder à l’aide et aux services humanitaires, et environ 50 % des femmes et des hommes ont indiqué que la santé mentale était l’un des principaux domaines de vie touchés par la guerre.

« Il est essentiel que la réponse humanitaire en Ukraine prenne en compte et réponde aux différents besoins des femmes et des filles, des hommes et des garçons, y compris ceux qui sont le plus laissés pour compte », déclare Sima Bahous, Directrice exécutive d’ONU Femmes.

« Cette analyse opportune fournit la preuve de ces besoins, et de leur urgence. Les femmes ont joué un rôle essentiel dans la réponse humanitaire de leurs communautés. Elles doivent également être impliquées de manière significative dans les processus de planification et de prise de décision afin de s’assurer que leurs besoins spécifiques sont satisfaits, notamment ceux liés à la santé, à la sécurité et à l’accès aux moyens de subsistance. »

« Notre analyse rapide du genre nous permet de consulter directement les populations affectées afin d’identifier avec précision les besoins spécifiques des différents groupes de personnes et la meilleure façon d’y répondre », déclare Sofia Sprechmann Sineiro, secrétaire générale de CARE International. « Ce que nous entendons de la part de la population ukrainienne, c’est que certains groupes – comme les personnes handicapées, les Roms et autres minorités ethniques, les mères célibataires et les enfants non accompagnés – ont chacun besoin de différentes formes de protection et d’assistance. Pour que notre réponse reste efficace et pertinente, ces groupes doivent être consultés et faire l’objet de priorités dans tout l’écosystème de l’aide, alors que cette situation véritablement dévastatrice continue d’évoluer. »

Articles recommandés